Menu

L'aide juridictionnelle

L'aide juridictionnelle

L'aide juridictionnelle est une aide financière par laquelle l'État prend en charge la totalité ou une partie des frais de votre procédure ou transaction (honoraires d'avocat, rémunération d'huissier de justice, frais d'expertise).

L’aide juridictionnelle est attribuée en fonction des ressources de celui qui la demande et elle est versée aux professionnels du Droit qui le représenteront ou interviendront à ses côtés au cours de la procédure.

Si vous voulez faire valoir vos droits en justice mais que vos ressources sont insuffisantes, vous pouvez bénéficier de l'aide juridictionnelle.

Attention : lorsque les frais de justice sont déjà couverts par une ou plusieurs assurances protection juridique, l’aide juridictionnelle ne peut pas être accordée.

L’aide juridictionnelle : Devant quelle juridiction ?

L’aide juridictionnelle peut être demandée pour une procédure devant toute juridiction judiciaire, que ce soit devant le tribunal d’instance ou de grande instance, le tribunal de commerce, le conseil des prud’hommes ou encore les cours d’appel et de cassation.

Par ailleurs, elle peut également être attribuée pour une procédure pendante devant toute juridiction administrative : tribunal administratif, cour administrative d'appel, Conseil d'État.

En cas de transaction amiable en dehors d'un procès, quelle qu'en soit l'issue (échec ou réussite), seuls les honoraires d'avocat sont alors pris en charge par l'État.

Qui peut bénéficier de l’aide juridictionnelle ?

Vous pouvez en bénéficier si vous êtes de nationalité française ou de nationalité étrangère :

  • ressortissant de l'un des États membres de l'Union européenne ;
  • ou ressortissant d'un État ayant conclu une convention internationale avec la France ;
  • ou résidant habituellement en France en situation régulière.

La condition de résidence n’est pas exigée pour les personnes mineures, témoins assistés, mis en examen, prévenus, accusés, condamnés ou partie civile. De même lorsque la personne demandant l’aide juridictionnelle fait l'objet d'une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité.

L’attribution de l’aide juridictionnelle dépend des revenus de celui qui en demande le bénéfice.

La moyenne mensuelle de vos ressources perçues entre le 1er janvier et le 31 décembre de l'année précédant la demande, sans tenir compte des prestations familiales et sociales, doit être inférieure à un plafond de ressources fixé par décret et réévalué chaque année.

Les ressources englobent celles de votre conjoint, partenaire, de vos enfants mineurs non émancipés et des personnes vivant habituellement au foyer.

Il est tenu compte :

  • des revenus du travail ;
  • et de toutes autres ressources (loyers, rentes, retraites, pensions alimentaires...) ;
  • de l'ensemble des biens (mobiliers et immobiliers...).

Sont dispensés de justifier de leurs ressources :

  • les bénéficiaires du RSA ou du Fonds national de solidarité ou d'insertion. Il suffit de fournir votre attestation ;
  • les personnes formulant une demande sur le fondement du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre ;
  • les victimes des crimes d'atteintes les plus graves (d'atteintes volontaires à la vie ou à l'intégrité de la personne).

Certaines personnes bénéficient également de l’aide juridictionnelle sans condition de ressources. Il s’agit :

  • des personnes détenues, pour une procédure devant la Commission de discipline de l'établissement pénitentiaire ou une mesure d'isolement ;
  • des personnes gardées à vue, lorsque l'intervention d'un avocat désigné d'office pour s'entretenir avec elles, est nécessaire.

Les conditions de ressources

Pour 2011, la moyenne mensuelle des revenus perçus en 2010 doit être :

  • inférieure ou égale à 929 euros, pour l'aide juridictionnelle totale ;
  • comprise entre 930 et 1 393 euros, pour l'aide juridictionnelle partielle. Dans ce cas, la part prise en charge par l’Etat est définie comme suit :

Ressources 2010 :

  • De 930 à 971 Euros : la part contributive de l’Etat est de 85%
  • De 972 à 1024 Euros : la part contributive de l’Etat est de 70%
  • De 1025 à 1098 Euros : la part contributive de l’Etat est de 55%
  • De 1099 à 1182 Euros : la part contributive de l’Etat est de 40%
  • De 1183 à 1288 Euros : la part contributive de l’Etat est de 25%
  • De 1289 à 1393 Euros : la part contributive de l’Etat est de 15%

Il convient d’ajouter 167 euros à ces montants pour chacune des deux premières personnes rattachées au foyer du demandeur ainsi que 106 euros à partir de la troisième personne.

Demander l’aide juridictionnelle

Le formulaire de demande d'aide juridictionnelle pour les procédures se déroulant en France est disponible dans les tribunaux, les maisons de justice et du droit ou les mairies.

L'aide juridictionnelle peut vous être accordée :

  • pour toute la procédure judiciaire ;
  • pour une partie de la procédure judiciaire ;
  • pour faire exécuter une décision de justice ;
  • pour une transaction en dehors d'un procès (honoraires d'avocat) quelle qu'en soit l'issue.

Sont totalement ou partiellement pris en charge les honoraires d’avocat et les frais engagés pour le recours à d’autres professionnels de la justice tels que les notaires et huissiers de justice, au cours de la procédure.

Ces professionnels peuvent être choisis librement par le bénéficiaire de l’aide juridictionnelle. Lors du dépôt de sa demande, il doit indiquer le nom des professionnels qu’il a rencontrés.

Dans ce cas, il faut joindre à la demande une attestation écrite de leur acceptation.

Lorsque l’aide juridictionnelle a été accordée, son bénéfice est perdu si la procédure n'a pas été engagée dans l'année qui suit la notification de la décision d'admission à l'aide juridictionnelle.

L’aide juridictionnelle partielle

Lorsque l’aide juridictionnelle est partielle, seule une partie des honoraires de l’avocat est prise en charge par l'État et le client doit donc acquitter directement auprès de son avocat la partie non prise en charge de ses honoraires.

Une convention d’honoraires doit être conclue entre le client et l’avocat afin de définir la part à la charge du client. Cette convention d’honoraires fera ensuite l’objet d’une homologation par le Bâtonnier.

A l’issue du procès

Si le client perd son procès, l'aide juridictionnelle ne prend en aucun cas en charge les condamnations susceptibles d'être prononcées à son encontre.

En cas de perte du procès, si le bénéficiaire de l’aide juridictionnelle est condamné à payer les frais de justice de son adversaire, cette somme ne sera pas prise en charge par l’aide juridictionnelle.

D'autre part, le bénéfice de l'aide juridictionnelle peut être retiré en cas de fausses déclarations et entraîner, outre des poursuites pénales, le remboursement des sommes avancées par l'Etat.

Lorsque le bénéficiaire de l’aide juridictionnelle gagne son procès, il peut arriver qu’il obtienne une somme telle qu’il n’aurait pas pu bénéficier de l’aide juridictionnelle s’il avait eu cette ressource au jour de sa demande.

Dans ce cas, l'Etat, par le biais du bureau d'aide juridictionnelle, peut en prononcer le retrait et demander le remboursement des sommes avancées. L’avocat peut alors également réclamer des honoraires complémentaires.

Publié le 09/11/2015

Commentaires

claude thebault
Bonjour
je suis bénéficiaire de l'aide totale depuis janvier 2020.BAJ2019/011745 datée07/01/2020. L'avocat qui m'a été attribué, fabienne Glemain ne fait rien. RIEN DE RIEN, pas même récupérer une ordonnance du juge des tutelles..
Je cherche un avocat en droit pénal pour déposer une plainte avec constitution de partie civile, au motif de l'escroquerie en bande organisée au divorce..
Mon affaire est la suivante. Je me suis marié avec une européenne, couple transfrontière. Mon conjoint disparaissait en février 2019, j'ai déposé un requête 74-1 cpp sans résultat auprès du parquet de Nanterre.. Il faudrait déposer une plainte pour disparition forcée au sens de la convention signée par la France. Nous en venons au divorce.
En 2020 le 27/11/ un tribunal de la communauté européenne rendait un jugement de divorce au sens du réglement ue 2201-2003.
Sans que je reçoive un acte introductif d'instance, auquel je n'ai pas participé par une demande reconventionnelle. J'ai fait rechercher des actes, notamment l'attestation de résidence de la demanderesse pour découvrir que la prétendue demanderesse déclare porter mon nom depuis le 4 janvier 1995, j'ai la pièce qui tient en 2 lignes -traduites-. La décision du tribunal aurait du comporter l'acte introductif d'instance en français. Toutefois la décision reconnait que la demanderesse n'a pu notifier/signifier l'acte...situé dans une commune suisse inexistante VEREY. La décision est un tissu d"incohérences.
aucune union transfrontière n'est transcrite sur mon état civil. Donc pas d'effet. Toutefois la décision accorde à ce conjoint le droit de porter mon nom. Je suis en désaccord pour trois raisons: Cet usage sert à frauder le fisc de ce pays, et cette personne prétend détenir une licence de quide Touristique en France non régularisée. Il s'avère que tout cela se rapporte à une activité de location immobilière dans laquelle mon nom est utilisé comme prête nom à mon insu,, en ayant une apparence légale. Enfin je souhaite savoir où se trouve mon conjoint transfrontière qui ne donne plus de signe de vie depuis février 2019.
Etes-vous intéressé? Il y aurait une ordonnance du juge des tutelles à récupérer au tribunal de Courbevoie.
Merci de votre réponse.
claude thebault
la batterie de mon téléphone est hs.Répondez par email, merci. pas de fixe
23 March 2021 à 10:49
Mohammed
Bonjour actuellement je ne travail pas je demande un avocat pour le divorce merci
30 April 2021 à 04:15

Commenter cette publication

Pseudo
Email

L'adresse email n'est pas affichée publiquement, mais permet à l'avocat de vous contacter.

Commentaire